Document sans nom

contact@pierrerigal.net
+33(0)5 61 12 32 03

Suzanne Maugein
administration / production

Nathalie Vautrin
diffusion / production / communication / actions culturelles

Compagnie dernière minute
Nouvelle adresse :
6 bis rue Dolive
31300 Toulouse - France

facebooktwitteryoutubeinstagram
fermer

HASARD
Vendredi 10 février 2023 à 20h30
Théâtre des Bergeries à Noisy-le-Sec

fermer
 

La danse est exigeante, précise et sophistiquée mais elle est d’abord primitive, naïve, libre, intuitive, folle. Elle est un langage naturel et universel du corps humain. Elle est donc une réflexion, un positionnement, un révélateur du corps dans le champ social, philosophique, religieux et économique. La danse est une pensée politique et aussi une action politique.

1440représentations, 43pays
 
l’association
 

La compagnie dernière minute existe depuis la création du solo de Pierre Rigal érection le 21 Novembre 2003, et accompagne depuis lors l’évolution de son travail.
Ses pièces se situent à l’intersection du champ théâtral, du cirque, de la musique, des arts visuels et plastiques, du mime, et évidemment de la danse. Pierre Rigal cherche constamment à tisser des liens entre ces différentes pratiques artistiques. La préoccupation du corps et de son mouvement est au cœur de l’inspiration et du langage de ses pièces. La danse devient un outil au service de différentes thématiques. En particulier la notion de Futur au sens large semble animer l’ensemble de son travail de création.

Le bureau de la compagnie :
Présidente : Dzu Lê Liêu
Secrétaire : Line Chassagne
Trésorière : Danièle Damon

Administration de la compagnie :
Direction artistique : Pierre Rigal
Administration : Suzanne Maugein - Diffusion : Nathalie Vautrin

Conseiller en mécénat : Samy Rebaa

Repères :
La compagnie diffuse son répertoire en France et à l’étranger, dans plus de 40 pays depuis sa création en 2003.

à Paris :
Théâtre de la Ville-Les Abbesses, Théâtre du Rond-Point, Théâtre National de Chaillot, La Villette, le Centquatre, Théâtre de la Cité Internationale, Le Monfort théâtre, l’International Visual Theater, Les Arènes de Montmartre, Le Silencio-Club, Les Bouffes du Nord, Les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine- St-Denis, Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, Théâtre Jean-Vilar - Suresnes, Opéra de Paris - Palais Garnier, Musée Picasso, Musée de l’Histoire de l’Immigration

à Londres :
London Mime Festival, Gate Theatre, Sadler’s Wells, Southbank Center

à Toulouse Métropole :
Théâtre de la Cité CDN Toulouse-Occitanie, Théâtre Garonne, Théâtre Sorano, Théâtre des Mazades, l’Université Toulouse 1, Odyssud à Blagnac, L’Escale à Tournefeuille, L’Usine à Tournefeuille

 
 
Pierre Rigal
 

Pierre Rigal est né à Moissac. Il fait ses études à Toulouse et obtient une maîtrise d’économie mathématique puis un DEA de cinéma à l’Ecole supérieure d’Audiovisuel. Parallèlement à ces études universitaires, il pratique de manière intensive l’athlétisme, et plus particulièrement le 400 m et le 400 m haies. A 23 ans, c’est donc le sport de haut niveau qui l’emmène à la danse. Les années suivantes, il croise lors de sa formation, le chemin de chorégraphes tels que Heddy Maalem, Bernardo Montet, Wim Vandekeybus, Nacera Belaza, Philippe Decouflé et de metteurs en scène tels que Mladen Materic ou Guy Alloucherie. C’est en 2002, à la suite d’une audition réussie pour le chorégraphe Gilles Jobin, qu’il interrompt de fait la pratique de son éphémère premier métier, la réalisation audiovisuelle de documentaires et de vidéo clips. Il travaille pendant 3 ans avec le chorégraphe suisse. En 2003, il crée et interprète son premier solo érection avec la complicité du metteur en scène Aurélien Bory, avec lequel il partage de nombreuses collaborations artistiques au sein de la Cie111. Ce solo marque la naissance de la compagnie dernière minute que Pierre Rigal dirige depuis lors. Outre ses propres soli ( érection , Press , Mobile , Suites absentes ), il crée différentes pièces avec des danseurs contemporains ( Théâtre des opérations ), classiques ( Salut ), des danseurs hip-hop ( Asphalte , Standards , Paradis Lapsus , Scandale ), des acrobates ( Arrêts de jeu , Bataille ), des musiciens ( Micro ), Même , et dernièrement avec des chanteurs lyriques ( Merveille ). En octobre 2020, il proposera Public , un fête chorégraphique et participative, dont les premières auront lieu à la MC93 de Bobigny.

 
 
équipe
 
 
collaboration
 
 
  Aurélien Bory

Né en 1972 à Colmar

Il dirige la Compagnie 111, fondée en 2000 et implantée à Toulouse.. Parti du jonglage, Aurélien Bory développe un « théâtre physique » singulier et hybride, à la croisée de nombreuses disciplines (théâtre, cirque, danse, arts visuels, musique...). Il envisage la scène comme art de l’espace et s’appuie fortement sur la scénographie. Ses plus récentes pièces sont Géométrie de caoutchouc (2011) créé à Nantes, Sans objet (2009) créé à Toulouse et Les sept planches de la ruse (2007) créé en Chine. Ses spectacles sont présentés dans le monde entier et cette reconnaissance internationale débute avec Plan B (2003) et Plus ou moins l’infini (2005), créés en collaboration avec Phil Soltanoff. Également inspiré par la danse, Aurélien Bory met en scène le chorégraphe Pierre Rigal dans érection (2003) et arrêts de jeu (2006). Il conçoit aussi deux portraits de femme, Questcequetudeviens ? (2008) pour la danseuse de flamenco Stéphanie Fuster et Plexus (2012) pour la danseuse japonaise Kaori Ito. Pour Marseille 2013, il imagine un nouveau projet pour les acrobates marocains, Azimut, dix ans après Taoub, spectacle fondateur du Groupe acrobatique de Tanger.
Les œuvres d’Aurélien Bory sont animées par la question de l’espace. Il ne conçoit son travail théâtral que « dans le renouvellement de la forme » et « en laissant de la place à l’imaginaire du spectateur ».
Aurélien Bory reçoit le prix Créateur sans frontières en 2008.
Depuis 2011, il est artiste associé au Grand T à Nantes.

 
  Hassan Razak

Né en 1983 à Khemisset, Maroc
II rencontre Mourad Bouhlali et découvre le théâtre en 1988.
À partir de 1997 il joue Jarry, Lorca, Michaux, Koltès... Et tourne en 2001 Philsophal, un film de Farid Fedjer. Sensible aux rythmes et percussions, il est à l’initiative de la création de la Compagnie Onstap avec laquelle ils tournent dans toute la France. Le travail de la Compagnie est fondé sur la recherche de l’enchevêtrement des formes diverses telles que le théâtre, le step : technique de percussions corporelles originaire des esclaves noirs américains.
Entre 2004 et 2005 il suit l’Ecole professionnelle d’enseignement supérieure de la danse de Montpellier, puis est assistant chorégraphique d’Hamid Ben Mahi (Compagnie Hors Série, Bordeaux) : Existe, Existe (2006), Faut qu’on parle (Festival d’Avignon, 2006), On n’oublie pas (2007), La Géographie du Danger (2010).
Parallèlement, Hassan Razak participe à la mise en place des laboratoires d’artistes, initié par la compagnie Hors Série.
Depuis une dizaine d’années il travaille régulièrement avec la Cie HVDZ de Guy Alloucherie, notamment sur le projet Les Veillées.
En 2007 il crée Parce qu’on va pas lâcher, un « duo percussif » avec Mourad Boulhali qu’ils jouent plus de 250 fois dans toute l’Europe.
En 2008, Hassan Razak intervient en tant qu’acteur dans le film du réalisateur Florent Sauze : Trompe l’oeil
En mai 2013 à Avignon au CDC – les Hivernales, il créé My God !. une interrogation dansée sur les traditions religieuses et leurs transmissions.

 
 
partenaires
  institutions

La compagnie dernière minute reçoit le soutien de la Direction des Affaires Culturelles Occitanie au titre des Compagnies et Ensembles artistiques à Rayonnement National et International. La compagnie est également subventionnée au titre de l’aide au conventionnement par la Région Occitanie et par la Ville de Toulouse.
Pour ses tournées à l’étranger elle reçoit régulièrement le soutien de l’Institut Français.

 
  mécénat

La Fondation BNP Paribas a accompagné le travail de la compagnie de septembre 2008 à juin 2019.